Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2017 et août 2022

S'abonner aux résultats
de cette recherche

e-mail
par e-mail
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par type de séance

Filtrer par député

Filtrer par mot-clé

Résultats 1 à 50 sur 164 triés par date — trier par pertinence

Intervention en hémicycle le 02/02/2022 : Évaluation de la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Chaque citoyen doit pouvoir bénéficier d'une formation de qualité et surtout de choix et d'orientations quant à son avenir professionnel. Choisir un métier est une décision importante, qui aura des effets toute la vie. Il faudrait améliorer l'information que reçoivent nos jeunes au sein des établissements scolaires, et aussi lors des stages qu'ils effectuent. Faire un seul stage en troisième ne permet pas de bien connaître les différents métiers ; souvent, ces stages sont d'ailleurs réalisés dans le territoire de proximité du jeune, proche de sa famille, de ses parents. Cela l'empêche de connaître des métiers différents, notamment ceux qui sont ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 02/02/2022 : Évolution de la santé psychique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

L'évolution de la santé psychique dans le contexte de la crise sanitaire mérite toute notre attention. Au cours des deux dernières années de pandémie, de multiples stratégies ont été appliquées pour limiter les risques sanitaires et les restrictions qu'elles comportaient ont eu des conséquences lourdes pour une partie importante de la population. Certes, le virus est toujours là et il faut maintenir une certaine vigilance mais à l'aide d'outils élaborés à travers un dialogue avec les acteurs de terrain. Les indicateurs révèlent un accroissement des troubles psychiques. Chaque jour, des psychologues alertent sur l'augmentation des demandes de ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 05/01/2022 : Outils de gestion de la crise sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

…qu'il ne s'agit pas d'un vaccin, mais d'un traitement, car l'ARN messager vient se fixer sur la cellule et l'empêche d'être contaminée par le virus, sans l'empêcher de développer une immunité. Or, on perd cette immunité, puisqu'il faut refaire le vaccin régulièrement. Il me semble donc que vous qualifiez de vaccin un traitement contre la covid-19.

Consulter

Intervention en hémicycle le 05/01/2022 : Outils de gestion de la crise sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Je ne remets pas en cause son efficacité ni le fait qu'il empêche les patients de partir en réanimation et atténue les effets du virus qu'ils subissent. Cependant, j'ai l'impression…

Consulter

Intervention en hémicycle le 05/01/2022 : Outils de gestion de la crise sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Or le vaccin dont il est ici question doit être refait tous les quatre mois et n'immunise pas réellement, puisque la personne vaccinée peut quand même être contaminante.

Consulter

Intervention en hémicycle le 05/01/2022 : Outils de gestion de la crise sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

On le pratique une fois, on peut le faire une deuxième fois, puis on fait un rappel dix ans plus tard – parfois cinq, en fonction des vaccins.

Consulter

Intervention en hémicycle le 05/01/2022 : Outils de gestion de la crise sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Il vise à alléger le dispositif pour que la vie des citoyens soit plus libre et que chacun puisse librement se déplacer et avoir une vie culturelle et sportive, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Je parlerai simplement, avec mes humbles connaissances de préparatrice en pharmacie. Un vaccin est un virus qui a été atténué ou désactivé.

Consulter

Intervention en hémicycle le 04/01/2022 : Outils de gestion de la crise sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Il s'oppose à l'instauration du passe vaccinal pour les mineurs. Il n'est en effet pas souhaitable d'adopter une stratégie qui priverait nos jeunes d'une vie sociale et d'activités culturelles ou sportives. En outre, le bénéfice individuel du vaccin n'est pour eux absolument pas constaté, et le fait de n'être pas vacciné leur permet également de se créer une véritable immunité naturelle, ce qui me semble essentiel.

Consulter

Intervention en hémicycle le 03/01/2022 : Outils de gestion de la crise sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Je ne remets pas en cause l'obligation vaccinale, ni même l'efficacité du vaccin, mais le modèle de société que vous avez créé : une société où l'on impose, où l'on refuse l'accès à des lieux publics, où l'on introduit un véritable clivage entre les citoyens, où les enfants ne peuvent plus adhérer à des associations ou clubs sportifs parce qu'ils ne sont pas vaccinés. Voilà ce contre quoi je proteste : non pas contre le vaccin, mais contre cette société que vous créez, une société clivée entre vaccinés et non-vaccinés, où il existe une grande différence de traitement entre les citoyens et où le vivre-ensemble n'existe plus – ce qui ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/11/2021 : Emploi des travailleurs expérimentés jusqu'à la retraite

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Elle a invoqué pour cela le respect du dialogue social. Pourtant, lorsqu'il a fallu tordre le bras aux partenaires sociaux pour leur faire renégocier la convention UNEDIC, en 2018, il n'était pas question de respecter ce dialogue ; quand il a fallu lancer la réforme de l'assurance chômage non plus. Il a été dit en commission que le Gouvernement et la majorité se battent depuis cinq ans contre le chômage des travailleurs expérimentés. Mais alors, pourquoi le chômage des 50 ans et plus est-il le seul à connaître une telle augmentation, selon les indicateurs de Pôle emploi d'octobre 2021 ? Il nous faut passer de la parole aux actes. Le label 50+, ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/11/2021 : Emploi des travailleurs expérimentés jusqu'à la retraite

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Il est bien triste que la majorité ait décidé de vider de sa substance une proposition de loi de cette importance.

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/11/2021 : Emploi des travailleurs expérimentés jusqu'à la retraite

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Elle a ainsi supprimé les indicateurs de l'emploi des travailleurs expérimentés dans les entreprises de plus de 500 salariés, l'intégration de l'emploi des travailleurs expérimentés dans la convention UNEDIC visant à améliorer leur prise en charge spécifique par Pôle emploi, ou encore le renforcement du cumul emploi-retraite.

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/11/2021 : Emploi des travailleurs expérimentés jusqu'à la retraite

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

La question de l'emploi des travailleurs expérimentés est essentielle, tant pour ceux-ci que pour notre pays. En 2019, le taux d'emploi des 55-64 ans n'était que de 53 %. Pourtant, être un travailleur expérimenté, c'est avoir des compétences et une expérience reconnues. Il est inadmissible qu'un travailleur expérimenté ait peur de perdre son travail parce qu'incontestablement il aura moins de chances d'en retrouver un et que la probabilité de connaître le chômage de longue durée est plus forte pour lui que pour les salariés plus jeunes. Cette discrimination à l'emploi liée à l'âge est intolérable ! En outre, comme nous l'avons constaté au cours ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/11/2021 : Plateforme de référencement et de prise en charge des malades chroniques de la covid-19

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Depuis de nombreux mois, des malades de la covid-19 souffrent de symptômes persistants. Fatigue intense, faiblesses musculaires, douleurs aiguës dans les bras et les jambes, troubles digestifs et intestinaux, troubles cardiaques, troubles cognitifs, troubles neurologiques, problèmes dermatologiques : plus de cent symptômes ont été répertoriés par les patients dès le mois de juin 2020. Ces symptômes sont révélateurs de séquelles à long terme empêchant la reprise d'une vie normale, qu'elle soit professionnelle ou privée. Les conséquences sont telles que, plusieurs mois après avoir contracté la covid-19, les patients restent épuisés, atteints ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/11/2021 : Reconnaissance et réparation des préjudices subis par les harkis

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Il vise à inclure l'ensemble des harkis et autres personnes anciennement de statut civil de droit local dans le champ de cette reconnaissance. En effet, certains harkis sont arrivés en France par leurs propres moyens et, n'ayant pas séjourné dans des structures d'accueil, ont connu la plus grande précarité. Le préjudice est bien réel, et ces personnes doivent être indemnisées. Limiter cette loi à l'espace déterminé des structures d'hébergement et de transit les exclurait, alors qu'ils ont vécu des moments très durs.

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/11/2021 : Reconnaissance et réparation des préjudices subis par les harkis

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Il vise à inclure les ayants droit parmi les personnes à l'égard desquelles l'État a commis une faute. La deuxième génération a subi une perte de chance caractérisée du fait des conditions de vie dans certaines structures d'hébergement et de l'absence de scolarisation. Il y a eu rupture d'égalité avec les autres citoyens et enfants de la République.

Consulter

Intervention en hémicycle le 03/11/2021 : Vigilance sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Depuis deux ans, les jeunes sont restés sans pratique sportive et les associations sportives ont vu diminuer de 50 % le nombre d'inscriptions de mineurs de plus de 12 ans. Il est donc vraiment nécessaire de supprimer le passe sanitaire pour les activités sportives, afin que nos jeunes puissent retrouver une activité normale, faire du sport et sortir, et qu'ils ne restent pas chez eux, devant les écrans de télévision ou d'ordinateur, ou devant leur téléphone.

Consulter

Intervention en hémicycle le 03/11/2021 : Vigilance sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Cet amendement vise à supprimer l'article 1er , afin que les Français puissent retrouver leur liberté individuelle et que le Parlement puisse faire correctement son travail et légiférer lorsque cela est nécessaire plutôt que d'être privé de ses droits comme le sont actuellement nos concitoyens.

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/10/2021 : Vigilance sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Réfléchissez bien, parce que ce texte est une atteinte : vous privez les Français de nombreuses libertés !

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/10/2021 : Vigilance sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Vous avez raison, 2022. Mais peut-être que 2021 aurait mieux valu ! Cette semaine, j'ai vu un enfant de 12 ans et demi se voir refuser l'entrée du stade de foot. Pour moi, ce n'est pas la liberté. En France, nous ne sommes plus libres de vivre normalement, alors même que l'état sanitaire s'améliore.

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/10/2021 : Vigilance sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Il s'agit donc d'un amendement de repli, qui vise à arrêter l'état d'urgence sanitaire au 31 janvier 2021.

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/10/2021 : Projet de loi de finances pour 2022

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Cela a déjà été dit par mes collègues, les professionnels des métiers de la restauration et des services à la personne souffrent énormément car ils ont beaucoup de mal à recruter des salariés. Cet amendement vise à alléger les charges sur les heures supplémentaires, afin que les salariés puissent en effectuer davantage, et à accompagner les entreprises en cette période de reprise économique après les difficultés éprouvées lors du covid.

Consulter

Intervention en hémicycle le 22/09/2021 : Responsabilité pénale et sécurité intérieure

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Cet amendement de mon collègue Éric Ciotti vise à permettre la vidéosurveillance pendant toute la garde à vue et pas uniquement durant les premières vingt-quatre heures.

Consulter

Intervention en hémicycle le 21/07/2021 : Gestion de la crise sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Comme l'a évoqué précédemment M. Le Fur, mis à part l'aberration du passe sanitaire et le désastre économique qu'il provoquera, cet amendement vise à repousser l'application de ce dispositif à la date du 15 septembre.

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/05/2021 : Égalité économique et professionnelle

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Je salue cette proposition de loi qui s'inscrit dans la continuité de la loi relative à la représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des conseils d'administration et de surveillance et à l'égalité, dite loi Copé-Zimmermann. Elle va nous permettre de continuer à faire évoluer l'égalité entre les femmes et les hommes, dans les entreprises comme dans la vie de tous les jours, dans l'éducation et dès la petite enfance. Je regrette cependant que nous n'ayons pas suffisamment travaillé avec les entreprises et que la proposition de loi ait abouti avant le rapport auquel nous travaillons actuellement au sein de la délégation aux droits ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/05/2021 : Égalité économique et professionnelle

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Il vise à renforcer nos ambitions en matière de féminisation des sphères les plus hautes de la hiérarchie des entreprises en faisant passer le taux de représentation des femmes à 50 % dans les conseils d'administration des sociétés cotées en bourse.

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/05/2021 : Égalité économique et professionnelle

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Il tend à étendre aux entreprises qui emploient au moins 500 salariés l'application des dispositions de l'article 7 relatives à la publication d'indicateurs sur l'égalité entre les hommes et les femmes.

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/04/2021 : Protection patrimoniale et promotion des langues régionales

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

L'adoption de ces amendements qui visent à rétablir l'article 2 quinquies permettrait effectivement de donner aux familles la liberté de choisir l'éducation de leurs enfants, mais aussi de soutenir l'enseignement des langues régionales. Les maires auraient ainsi à choisir entre verser une aide financière ou proposer un enseignement des langues régionales dans leur commune. Il me paraît donc essentiel de rétablir cet article.

Consulter

Intervention en hémicycle le 24/03/2021 : Suivi de la crise sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart, LR

Laurence Trastour-Isnart Cela fait un an que nos concitoyens subissent des restrictions de libertés. Pour les justifier, vous aviez mis en avant le défaut de connaissances au sujet de ce virus ; aujourd'hui, comment expliquer le retour à la case « confinement » ? Comment entendre parler, comme jeudi dernier, de course contre la montre, alors que la pandémie dure depuis un an ? Les Français ont le sentiment qu'un Gouvernement d'amateurs bricole des mesures à la petite semaine. L'attestation de déplacement publiée la semaine passée, par exemple, en constitue à elle seule un témoignage flagrant. Où sont les 12 000 lits de réanimation promis au début de la crise ? L'argument du ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 24/03/2021 : Suivi de la crise sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart, LR

Laurence Trastour-Isnart Ils en ont marre qu'on ne leur fasse pas confiance !

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/03/2021 : Droits à protection sociale des assistants maternels et des salariés des particuliers employeurs

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Si ces professionnels acceptent de prendre en charge de nouveaux enfants, c'est souvent pour augmenter leur revenu, car ils ont bien souvent des difficultés financières. Mais s'occuper seul de plus de trois enfants en bas âge à son domicile est très compliqué, en plus d'être dangereux pour les enfants !

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/03/2021 : Droits à protection sociale des assistants maternels et des salariés des particuliers employeurs

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Les professionnels de la petite enfance, qu'ils travaillent à domicile ou dans des structures d'accueil, connaissent de nombreuses difficultés. Je regrette que leur sort soit suspendu à un décret qui, une fois encore, sera pris en catimini. Leur attente est grande. On ne peut concevoir que le nombre d'enfants dont ils ont la charge, déjà très important, soit augmenté. D'après les textes, une seule personne peut actuellement être chargée de cinq bébés, mais ce nombre pourrait passer à sept : c'est absolument inconcevable pour les professionnels des structures d'accueil de la petite enfance, tout comme pour les assistants et les assistantes maternels, ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/03/2021 : Droits à protection sociale des assistants maternels et des salariés des particuliers employeurs

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Il est essentiel de rendre plus masculins les métiers trop féminins, a fortiori dans les secteurs de la petite enfance et de l'éducation. Pourquoi ? Pour éviter que nos enfants grandissent uniquement avec des images de femmes et pour favoriser demain la mixité des métiers dans ces secteurs. Nous devons encourager les hommes à investir les métiers de la petite enfance et de l'éducation pour que, dès leur plus jeune âge, les enfants se construisent à partir de référents féminins et masculins, pour qu'ils développent une ouverture d'esprit et pour qu'ils puissent, plus tard, accéder à une diversité de métiers. Il s'agit d'éviter que les femmes ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 17/03/2021 : Démocratiser le sport en france

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

L'article 3 prévoit d'insérer un nouvel article L. 113-4 dans le code du sport afin de permettre aux collectivités territoriales volontaires d'élaborer des plans sportifs locaux associant l'ensemble des acteurs du sport au niveau local. Ces plans permettraient la prise en considération effective des stratégies sportives locales, notamment dans le cadre des conférences régionales du sport. L'article a été réécrit en commission, afin de décliner à l'échelle infrarégionale la gouvernance territoriale du sport, en associant, pour l'élaboration du plan sportif local, les acteurs du mouvement sportif, les associations oeuvrant au développement de ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 03/03/2021 : Mission d'information sur les enfants sans identité

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Plus de 230 millions : c'est le nombre d'enfants sans identité dans le monde, parce qu'ils n'ont pas été enregistrés au moment de leur naissance. Nous sommes face à un phénomène mondial préoccupant, car, à travers le monde, l'enregistrement des naissances reste encore très aléatoire. Ces enfants sans identité, sans état civil, sont privés d'accès aux soins et d'éducation. L'absence d'un papier officiel les prive, dès leur naissance, d'existence. Ce papier décidera de leur avenir, et c'est pour cela qu'il faut que nous agissions. Démarrer son existence privé de tout droit et de toute reconnaissance sociale n'est pas tolérable au XXIe siècle. ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 17/02/2021 : Reconnaître et prendre en charge les complications à long terme de la covid-19

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Comme je le soulignais pendant la discussion générale, de nombreux patients souffrent, encore maintenant, de symptômes persistants qui les handicapent tous les jours dans leur vie quotidienne, leur travail et leurs relations sociales. L'adoption de cette proposition de résolution est indispensable, mais elle n'est pas suffisante : il faut aller plus loin pour assurer une prise en charge globale de ces patients, qui recouvre à la fois les soins médicaux, la reconnaissance du virus comme maladie professionnelle – et pas uniquement pour les formes graves – et une aide psychologique pour soutenir les malades face aux difficultés quotidiennes liée à cette ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 17/02/2021 : Reconnaître et prendre en charge les complications à long terme de la covid-19

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Chers collègues, voilà maintenant un an que la pandémie de la covid-19 affecte notre pays et le monde entier. Les premiers patients atteints de la covid-19 en France l'ont contractée au mois de février. Et depuis, une partie d'entre eux ont toujours des symptômes. Cette proposition de résolution transpartisane vise à reconnaître et à prendre en considération les symptômes au long cours de cette maladie. En effet, de nombreux patients sont dans la détresse depuis des mois. Dès le mois de juin 2020, grâce aux témoignages de certains malades, j'ai pris conscience des difficultés que rencontrent les personnes souffrant des symptômes persistants de la ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 15/02/2021 : Santé au travail

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Il vise lui aussi à inclure la prévention des violences conjugales dans le champ de la médecine du travail. Je vous lis un message que j'ai reçu : « Bonjour madame, bravo pour votre engagement. Je suis moi-même assistante sociale en médecine du travail. Cette formation est nécessaire : nous constatons qu'avec les effets collatéraux du covid, de plus en plus de femmes sont victimes de violences conjugales. Je suis déçue que votre proposition ait été rejetée ; c'est un sujet extrêmement sérieux. Cette prévention est nécessaire et primordiale. » Dès lors qu'elles permettraient d'éviter un seul féminicide, de sauver la vie d'une seule femme, ces ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 15/02/2021 : Santé au travail

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Monsieur le ministre, effectivement, cela existe déjà : tout médecin doit signaler une situation de danger immédiat. Des entreprises vertueuses ont déjà organisé des actions de sensibilisation, avec les médecins du travail ; des collectivités territoriales aussi, ce qui prouve que vous avez bien un temps de retard. Au lieu de généraliser et d'essayer de développer cette pratique, vous la freinez. Heureusement, de grandes entreprises agissent en ce sens. Comme pour la gestion de la crise de la covid-19, vous avez toujours un temps de retard. Je suis vraiment désolée pour vous !

Consulter

Intervention en hémicycle le 15/02/2021 : Santé au travail

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Cet amendement, qui vise à faire prendre en charge par les services de santé au travail les actions de sensibilisation aux violences conjugales et sexuelles, a été défendu en commission où il a été balayé d'un revers de main. J'en ai ensuite parlé à la délégation aux droits des femmes, qui l'a trouvé très intéressant et y a donné un avis tout à fait positif. L'amendement devait d'ailleurs être défendu par la délégation. Et puis, au dernier moment – je n'ai pas bien compris pourquoi, peut-être pourrez-vous me l'expliquer – , on m'a dit que je devrais le défendre moi-même et qu'il ne serait pas cosigné par la délégation. J'ai été un ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/02/2021 : Respect des principes de la république

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Interdire le certificat de virginité est une belle avancée, essentielle pour protéger les jeunes filles et les femmes, essentielle aussi pour le respect de notre république. Je souhaite par cet amendement que soient alourdies les peines quand il est établi par un professionnel de santé. En outre, on a beaucoup évoqué les problèmes que risquent d'avoir les jeunes filles qui rentreraient chez elles sans le certificat de virginité attendu. Il serait sûrement souhaitable d'organiser une campagne d'information chez tous les médecins, par voie d'affiches, faisant connaître à tout le monde cette interdiction pour tout médecin de délivrer ces certificats, ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/02/2021 : Respect des principes de la république

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

L'amendement de mon collègue Éric Pauget vise à permettre aux caisses d'allocations familiales, qui ont une bonne connaissance de la situation des familles, de prévenir le procureur de la République en cas de suspicion de polygamie.

Consulter

Intervention en hémicycle le 04/02/2021 : Respect des principes de la république

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Rédigés respectivement par mes collègues Aurélien Pradié et Julien Aubert, ils visent à interdire les signes religieux ostentatoires dans l'espace public. J'ajouterai à ce qui a été dit que nous sommes nombreuses, dans cet hémicycle, à défendre l'égalité entre les hommes et les femmes. Or l'image que l'on donne à nos enfants est essentielle pour encourager cette égalité. Lorsqu'une femme est voilée, cette égalité n'existe plus : la femme est dévalorisée par rapport à l'homme, puisqu'elle est obligée de se cacher. Comment peut-on promouvoir l'égalité entre les hommes et les femmes tout en autorisant que des femmes soient voilées dans ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 03/02/2021 : Respect des principes de la république

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Le projet de loi vise à lutter contre la menace que représente le séparatisme islamiste. En écho au discours prononcé par le Président de la République aux Mureaux, le 2 octobre dernier, l'exposé des motifs exprime avec force que « l'entrisme communautariste, insidieux mais puissant, gangrène lentement les fondements de notre société dans certains territoires », et appelle dès lors à lutter contre l'islamisme radical avec un arsenal juridique approprié. Compte tenu de cette prétendue détermination, je m'étonne que ni l'article 1er ni les autres ne nomme de façon plus explicite le danger constitué par l'islamisme radical, alors même qu'il est ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 29/01/2021 : Lutte contre la maltraitance animale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Cet amendement de notre collègue Fabrice Brun entend confisquer l'animal de façon systématique et définitive lorsque des maltraitances sont constatées. Les personnes coupables d'abandon se verront par ailleurs interdire de détenir un animal.

Consulter

Intervention en hémicycle le 29/01/2021 : Lutte contre la maltraitance animale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Déposé par notre collègue Stéphane Viry, l'amendement vise à alourdir les peines prévues en cas de mutilations d'animaux.

Consulter

Intervention en hémicycle le 29/01/2021 : Lutte contre la maltraitance animale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

Il vise à introduire les mutilations d'animaux dans le texte. Ces derniers temps, celles-ci se sont multipliées : il est indispensable de les prendre en considération et de les sanctionner.

Consulter

Intervention en hémicycle le 29/01/2021 : Lutte contre la maltraitance animale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurence Trastour-Isnart

L'objectif est l'aggravation des peines pour assurer le bien-être animal. Pour qu'il n'y ait pas de récidive et pour que les gens comprennent qu'un animal est un être sensible auquel il ne doit pas être fait de mal, la peine doit être exemplaire. C'est pourquoi je demande de porter celle-ci à cinq ans de prison et 75 000 euros d'amende en cas maltraitance contre un animal.

Consulter